La sexualité dans le mariage : retranscription

La sexualité dans le mariage : retranscription

Nous vous proposons aujourd’hui la 1ère partie de la retranscription de l’intervention de Tariq Ramadan sur la question de la famille, le mariage et la sexualité dans ce dernier :

« Le 7e problème, c’est que, c’est comme si quand on faisait, on construisait une famille, dans la mentalité musulmane, nous sommes aujourd’hui dans un discours totalement asex ué. C’est-à-dire c’est comme s’il n’y avait pas de sexualité. Or, si le mariage est la moitié de ta religion, s’il faut l’autre pour être soi, s’il faut ton cœur pour que mon cœur soit libre, tout seul, s’il faut ton corps pour que mon corps soit libre tout seul, c’est qu’entre ton corps et mon corps, il y a de la communication.

Et une des communications du corps, c’est la sexualité. Vous avez des savants du 12e, du 13e, du 14e, du 15e, du 16e siècle qui disent sur la sexualité ce que des savants du 21e siècle n’osent même pas dire. Pourquoi ? Parce que nous avons un discours sur la famille qui est par opposition à l’Occident, nous ne savons plus ce que c’est que notre tradition, nous ne savons plus ce que c’est que nos valeurs, l’Islam a toujours parlé de ça.

Au Moyen-Âge, en Occident on considérait que les musulmans c’étaient des libertins. C’est aujourd’hui qu’on nous prend pour des sinistrés. Nous sommes toujours l’autre, mais nous nous avons admis ça. Pourquoi ? Parce qu’au Moyen-Âge on osait parler de ces choses-là, on osait parler de tout ce qui faisait l’accomplissement de l’être. Mal dans ton corps tu seras mal dans ta tête, mal dans ton corps et dans ta tête tu seras mal dans ton cœur, mal dans tout ça tu seras mal.

Raison pour laquelle il faut oser parler de cela, ce discours là il faut le tenir, il faut absolument pas avoir peur de cela, surtout dans une société qui aujourd’hui hypertrophie cette dimension-là.

Pour l’engagement par rapport à toutes ces dimensions-là, ce que j’aimerais mettre en évidence et qui me paraît le plus important, c’est effectivement de comprendre que le mariage, que la famille, c’est l’union d’autonomies, c’est deux êtres qui doivent être autonomes, qu’on est deux pour réussir à être autonomes et de respecter ceci.

Et donc en d’autres termes, il faut le sens du sacrifice pour tous mais il ne faut pas se sacrifier pour l’autre. Il ne faut pas sacrifier ses besoins, il ne faut pas sacrifier son être uniquement pour faire plaisir à l’autre. C’est « je me sacrifie pour maintenir la cohésion, mais pas pour ton plaisir, pas pour ton égoïsme ». Sacrifier son égo pour l’égoïsme de l’autre, ça n’est servir ni soi ni l’autre. Mais sacrifier son être pour sortir de nos égoïsmes respectifs, c’est protéger la famille.

C’est s’aider les uns les autres à ne jamais devenir égoïste. C’est jamais accepter qu’un homme dise à un moment donné en période de crise « moi je, j’ai des droits ». Si ton égo l’emporte sur les droits, tu nous perds tous. Et ça c’est pour tout le monde, une dimension qui doit être un engagement. »

 

Source : la sexualité dans le mariage (Youtube)

 

 

Les commentaires sont clos.