La femme en Islam : dignité et spécificité

La femme en Islam : dignité et spécificité

Rencontre à Casablanca le 26 mars 2011 avec Tariq Ramadan où ce dernier traite de la responsabilité partagée entre les deux sexes comme base du respect de la dignité de la femme. Il aborde aussi les thématiques de l’éducation, l’accès à l’emploi, les spécificités physiques et psychiques de la femme, les versets du Coran qui la concernent.

Nous vous proposons une retranscription de cette rencontre via l’article ci-dessous :

« Merci infiniment de cette invitation ici, dans cette institution, de vos deux introductions, de votre invitation, de votre présence depuis que je suis au Maroc […] Jour après jour j’ai la possibilité de faire des rencontres avec le public marocain d’une façon et d’une autre et c’est toujours un plaisir et un échange qui s’avère fructueux, c’est une patrie pour moi d’adoption et donc en l’occurrence ces échanges pour moi sont autant le fait de traduire une pensée que de responsabiliser les consciences.

Et dans un sujet comme celui-ci qui parle de la femme aujourd’hui, sur la question de la dignité, de la spécificité, de l’engagement, nous devons, aujourd’hui, au XVe siècle de notre Histoire, au XXIe siècle du calcul de l’ère chrétienne, nous devons nous regarder en face. Nous devons nous regarder en face et regarder en face les principes de notre religion, les principes de notre civilisation et les défaillances de nos sociétés.

Et quand je dis les défaillances de notre société, c’est finalement résumer quelque chose d’assez simple qui vient de quelqu’un qui parle de l’intérieur, qui a la foi, qui croit en la vérité du Coran, qui croit en la vérité du Message et qui dit à la Lumière du Message et à la Lumière de sa Foi, qu’il y a des contradictions aujourd’hui entre ce que disent les textes et ce que font les musulmans.

Et donc, c’est tout à la fois l’idée de savoir et d’essayer de comprendre ce que disent les textes mais en même temps de nous responsabiliser tous, femmes et hommes de cette salle pour que nous soyons, pour que nous essayions d’enclencher un mouvement de réconciliation, de faire en sorte que notre quotidien, de faire en sorte que de nos sociétés, de nos familles, nous revenions à une meilleure compréhension et une meilleure application des textes qui sont les nôtres et des objectifs qui sont les nôtres.

La conférence pour moi et ce que j’échange avec vous, c’est pas simplement une pure vue de l’esprit ; c’est un échange de responsabilités. Ce n’est pas une discussion théorique sur la grandeur de l’Islam et des femmes – parce que je peux vous dire que j’en ai entendu des conférences qui nous disaient combien les textes disent que les femmes ont un statut et combien j’en ai vu des sociétés où les hommes musulmans et les sociétés musulmanes oubliaient la dignité des femmes. Donc, je ne veux pas me situer dans le discours idéal théorique ou le discours négatif vis-à-vis de la pratique, ce que j’aimerais c’est vraiment avoir une ligne, comprendre nos références et relever nos défis.

Voilà ce que j’aimerais et c’est pour ça qu’une intervention comme celle-ci ici à Casablanca, pour moi dans une société majoritairement musulmane, c’est de traduire et d’essayer d’échanger avec vous sur nos responsabilités respectives. Nous ne pouvons blâmer personne au bout du compte. Au bout du compte les premiers à blâmer c’est nous-mêmes. Nous sommes les premiers responsables de ce que nous sommes en train de faire de notre tradition. Si l’Islam aujourd’hui n’a pas l’épanouissement, la grandeur de l’horizon et la fraîcheur de la sérénité, c’est pas parce que uniquement l’Occident ou certaines forces occidentales sont en opposition à l’Islam, c’est que les musulmans ne sont pas la lumière, ne sont pas à la hauteur de la lumière qu’ils portent. Et que ça c’est notre responsabilité. Que c’est la responsabilité de chacun et chacune d’entre vous. Si aujourd’hui nos sociétés sont ce qu’elles sont, c’est que nous ne sommes pas suffisamment engageants et j’aimerais traduire cela de cette façon-là.

Alors, en termes d’introduction, ce que j’aimerais dire c’est que souvent nous parlons de la question de la femme parce que c’est devenu le maître mot du discours sur l’Islam en Occident. Quand vous voulez parler de l’Islam en Occident, vous savez quand on vit en Occident comme j’y vis et qu’on doit débattre de la question de l’Islam, souvent la question de l’Islam n’est pas perçue comme une lumière pour les musulmans, c’est perçu comme un problème pour l’Occident. Donc on doit discuter des problèmes avant de discuter de la lumière, ce qui pour quelqu’un qui parle toujours de lumière est toujours un problème.

Donc en l’occurrence, on est tout le temps en train de devoir répondre à des problèmes. Et deux des problèmes qui apparaissent le plus souvent sont de deux natures. L’un c’est Islam violence au travers de la notion de djihad, l’Islam et les femmes au travers de la notion de discrimination, que les femmes sont discriminées et que l’Islam par essence pousse à la discrimination vis-à-vis des femmes par essence, ou qu’il pousse à la violence par essence. Alors on peut ne pas être d’accord avec ça mais on ne peut se contenter de s’asseoir en disant « ils n’aiment pas les musulmans, ce sont des racistes » parce que si nous regardons nos sociétés, si nous regardons ce que certains de notre religion font en tant que musulmans, effectivement certains utilisent la violence de façon déconsidérée, certains discriminent les femmes de façon incohérente et totalement injustifiée.

Donc il faut que nous sachions non pas répondre à la question de l’Occident mais utiliser la question de l’Occident pour nous poser nous les bonnes questions. 

[Suite à venir dans un prochain article]

 

http://tariqramadan.com/la-femme-dignite-et-specificite/

 

Enfin, le résumé de la rencontre peut être trouvé sur le site de fm2h : Tariq Ramadan femme dignité et spécificités http://fmh2.ma/fr/programme-culturele/160-la-femme-dans-lislam-dignite-et-specificites-tariq-ramadan.html

source : https://www.youtube.com/watch?v=5AzfbmaGpIE

Les commentaires sont clos.