La notion de l’égo

La notion de l’égo

Tariq Ramadan aborde maintenant avec nous la notion de l’égo, toujours dans le cadre des chroniques auprès de Saphirnews.

« Nous poursuivons notre réflexion sur les résistances. Nous avons parlé de la résistance en tant que telle, du djihad mais de la résistance également à l’oubli. Il est une autre résistance qui est fondamentale sur le plan spirituel, c’est la résistance à notre égo, la résistance à ce qui va nous enfermer parce qu’on dit « je » et que finalement le « je » devient le centre de notre vie.

Ce qui est la figure dans le Coran de ce « je », c’est la figure de Satan qui va lui affirmer ce « je » jusqu’à l’arrogance et au rejet. Quand Dieu lui dit « et qu’est ce qui t’a empêché de te prosterner quand je t’ai demandé de te prosterner ? ». Parce qu’il avait l’ordre de se prosterner devant l’être humain, et qu’est ce qu’il répond ?

« Je suis meilleur que lui, tu m’as créé de feu et tu l’as créé de poussière, tu l’as créé de terre » voulant dire par là « mon statut est supérieur » et cette idée de ce « je » qui s’exprime avec l’arrogance parce qu’il va être de ceux qui sont arrogants, il a refusé et il s’est enorgueilli, il a été de ceux qui reniaient c’est-à-dire qu’il connaissait la vérité et qu’il l’a rejetée.

Et donc en l’occurrence ici, ce « je », il va prendre une place quand au lieu qu’au centre de soi il y a cette lumière qui va vers le très haut, qui nous lie vers ce libéré du « je » et bien le « je » va devenir ce pourquoi nous faisons toute chose.

Ça va être par exemple de suivre ses instincts, de suivre son intelligence, ses ambitions, de suivre l’argent pour être de ce point de vue là reconnu. C’est le « je » qui prend la place du divin et ceci, dans l’égo, c’est la prétention, c’est la vanité, c’est l’orgueil.

Ce sont toutes ces dimensions de l’être dont il faut se libérer. Et comment faut-il le faire ? Et bien, ce qu’il faut faire en l’occurrence, c’est revenir à soi et avec son cœur travailler à se libérer de l’égo, à se rapprocher de Dieu, à maîtriser tout ce qui va donner de la force à l’égo ; ça veut dire nos instincts, ça veut dire nos émotions mal maîtrisées, ça veut dire notre arrogance, parfois ça veut dire notre orgueil mal placé, tout cela, il faut y travailler dans le service des hommes, dans le fait de comprendre que la première prison de laquelle je dois me libérer, c’est mon égo qui prend toute la place et qui étouffe mon être, qui étouffe cette lumière et puis qui peut couvrir tout ce qui peut me libérer.

Mon égo apparemment est ma liberté car je dis « je » spirituellement c’est ma prison, je m’enferme dans le « je » et je ne viens pas à l’être de toutes les créations qui va me permettre de me libérer de moi-même. Donc résistez çà l’égo, comme l’une des conditions également de suivre au mieux la voie qui nous rapproche de l’Unique. »

Les commentaires sont clos.